mercredi 1 juin 2016
L’ordinateur quantique D-Wave Two, aura pour parent M. Google et Mlle. NASA

L’ordinateur quantique D-Wave Two, aura pour parent M. Google et Mlle. NASA

Google et la NASA achètent un ordinateur quantique pour améliorer les réponses de l’intelligence artificielle employée notamment dans les assistants vocaux type Google Now, SIRI ou SVOICE.

Avec un mariage aussi prestigieux on ne peut qu’être confiant sur l’aboutissement d’un tel projet. Il prendra forme au « Quantum Artificial Intellligence Lab » récemment crée pour l’occasion et basé en Californie dans les locaux de la NASA. Alors qu’on se le dise, « quantique » fait énormément fantasmer, et pour cause les lois de la physique classique non sont plus applicables à cette échelle du minuscule !

Le « quantique » c’est quoi ? Simplement l’étude de l’infiniment petit, celle des phénomènes au niveau atomique. Plus précisément c’est la physique qui a permis de comprendre les mécanismes engagés au niveau des atomes, des particules et des rayonnements électromagnétiques associés. Elle répondait à un besoin de renouveau au XXème siècle et marquait un tournant dans la compréhension des phénomènes, quand la mécanique Newtonienne et celle de Maxwell avec l’électromagnétisme avaient échoué.

Mais dans un ordinateur à quoi tout cela peut-il bien nous servir ? C’est simple, on gagnerait en puissance de calcul. Qui dit calcul plus rapide, dit réponse plus rapide, je ne sais pas si vous avez déjà vu une infographie représentant l’usine à gaz par laquelle transitent les requêtes que vous envoyez aux assistants vocaux, c’est tout simplement incroyable ! Mieux, ces ordinateurs capables de comprendre et d’améliorer leur réponse grâce à des algorithmes, seront donc plus performants dans leur vitesse d’apprentissage.

 

Ce n’est pas une révolution en soit sur les capacités de l’intelligence artificielle (pour l’instant !), mais l’ordinateur quantique avec ses débits de calcul incroyable permet de s’affranchir définitivement de la loi de Moore (qui prévoit que la réduction de taille des transistors atteindra ses limites en 2020 et verra des perturbations quantiques apparaître . Google n’invente rien, il ne fait qu’apporter des capitaux neuf dans un projet de recherche qui avait débuté en 1900 avec le premier calculateur quantique, à l’époque l’algorithme de Shor permettait la résolution de nombreux calculs combinatoires, chose qu’aujourd’hui encore nos ordinateurs les plus puissants ne peuvent prétendre à entreprendre. 

15 Millions de dollars pour un ordinateur 3600 fois plus rapide qu’un super calculateur classique, c’est dingue non ? Cette incroyable vitesse s’explique par la présence d’un processeur 128 qubits (quantum bits), contre 64 bits pour les plus récents processeurs d’ordinateurs. Ces qubits se comportent « un peu » comme des portes logiques « Oui », « Non », « les deux ». Je dis « un peu », parce que cet état « les deux » semble curieux, mais en fait à l’échelle quantique, ces bits sont capable de se trouver à deux états simultanément et donc d’assurer deux fonctions en même temps : c’est ce qu’on appelle le principe de superposition.

Au final, Google est la NASA investissent, après Lockheed Martin en 2011, dans un de ces super ordinateurs quantique fabriqué par les Canadiens de D-Wave, pour disposer d’une puissance de calcul incroyable pour ainsi améliorer le traitement de l’information et l’algorithmique associées.

A propos de Roland Barthe

Passionné par les nouvelles technologies et la robotique, je fais actuellement des études en intelligence artificielle et mécatronique. J'ai décidé de créer ce blog dans le but d'exposer les découvertes que je fais au fil de mes lectures, en les banalisant le plus possible pour les rendre accessible à tous. Je n'ai aucune prétention et certainement pas celle d'être un "Mac Lesggy" new age ! Je veux juste partager ma passion et pourquoi pas vous la communiquer.

Un commentaire

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Scroll To Top